Fiscalité

Introduction sur la fiscalité

Cet article traite de la fiscalité en général, ses objectifs et ses types. Dans les économies modernes, les impôts sont la source la plus importante de recettes publiques. Les impôts diffèrent des autres sources de revenus en ce qu'ils sont obligatoires et sans contrepartie, c'est-à-dire qu'ils ne sont généralement pas payés en échange d'une chose spécifique, comme un service public particulier, la vente d'un bien public ou l'émission d'une dette publique. Si les impôts sont vraisemblablement perçus pour le bien-être des contribuables dans leur ensemble, la responsabilité du contribuable individuel est indépendante de tout avantage spécifique reçu. En raison du lien probable entre les impôts payés et les prestations reçues, les impôts sur les salaires sont parfois appelés "cotisations" (comme aux États-Unis). Néanmoins, les paiements sont généralement obligatoires, et le lien avec les prestations est parfois assez faible.

Objectifs de la fiscalité

Au XIXe siècle, l'idée dominante était que les impôts devaient servir principalement à financer le gouvernement. Autrefois, et encore aujourd'hui, les gouvernements ont utilisé l'impôt à des fins autres que purement fiscales. Une façon utile d'envisager l'objectif de la fiscalité, attribuable à l'économiste américain Richard A. Musgrave, est de distinguer les objectifs d'allocation des ressources, de redistribution des revenus et de stabilité économique.

Le deuxième objectif, la redistribution des revenus, vise à réduire les inégalités dans la répartition des revenus et des richesses. L'objectif de stabilisation, mis en œuvre par la politique fiscale, la politique des dépenses publiques, la politique monétaire et la gestion de la dette, est de maintenir un niveau élevé d'emploi et de stabilité des prix.

Catégories d'impôts dans la fiscalité

Les impôts sont le plus souvent classés comme directs ou indirects, le premier type étant par exemple l'impôt sur le revenu et le second la taxe sur les ventes. On dit généralement qu'un impôt direct est un impôt qui ne peut être transféré par le contribuable à quelqu'un d'autre, alors qu'un impôt indirect peut l'être.

Impôts directs

Les impôts directs sont principalement des impôts sur les personnes physiques (par exemple, les particuliers), et ils sont généralement basés sur la capacité de payer du contribuable, mesurée par le revenu, la consommation ou la richesse nette. Ce qui suit est une description des principaux types d'impôts directs.

L'impôt sur le revenu des personnes physiques est généralement prélevé sur le revenu total net du contribuable (qui peut être un particulier, un couple ou une famille) dépassant un certain minimum stipulé. Ils sont aussi généralement ajustés pour tenir compte des circonstances qui influencent la capacité de payer, comme la situation familiale, le nombre et l'âge des enfants et les charges financières résultant de la maladie. Les impôts sont souvent prélevés à des taux progressifs, ce qui signifie que les taux augmentent en fonction des revenus. Les exemptions personnelles pour le contribuable et sa famille peuvent créer une fourchette de revenus soumise à un taux d'imposition de zéro.

Les impôts sur la valeur nette sont prélevés sur la valeur nette totale d'une personne, c'est-à-dire la valeur de ses actifs moins ses passifs. Comme pour l'impôt sur le revenu, la situation personnelle du contribuable peut être prise en considération.

Les impôts personnels ou directs sur la consommation (également appelés impôts sur les dépenses ou taxes sur les dépenses) sont essentiellement prélevés sur tous les revenus qui ne sont pas canalisés vers l'épargne.

Impôts indirects

Les impôts indirects sont prélevés sur la production ou la consommation de biens et de services ou sur les transactions, y compris les importations et les exportations. Il s'agit par exemple des taxes générales et sélectives sur les ventes, des taxes sur la valeur ajoutée (TVA), des taxes sur tout aspect de la fabrication ou de la production, des taxes sur les transactions juridiques et des droits de douane ou d'importation.

Les taxes générales sur les ventes sont des prélèvements qui s'appliquent à une partie substantielle des dépenses de consommation. Le même taux d'imposition peut être appliqué à tous les articles taxés, ou différents articles (tels que la nourriture ou les vêtements) peuvent être soumis à des taux différents. Les taxes en une seule étape peuvent être perçues au niveau du détail, comme le font les États américains, ou elles peuvent être perçues au niveau du pré-détail (c'est-à-dire de la fabrication ou du commerce de gros), comme c'est le cas dans certains pays en développement. Les taxes à plusieurs niveaux sont appliquées à chaque étape du processus de production et de distribution. La TVA, qui a gagné en popularité au cours de la seconde moitié du XXe siècle, est généralement perçue en permettant au contribuable de déduire de l'impôt à payer sur les ventes un crédit pour l'impôt payé sur les achats. La TVA a largement remplacé l'impôt sur le chiffre d'affaires, une taxe sur chaque étape de la chaîne de production et de distribution, sans aucun allègement de l'impôt payé aux étapes précédentes.

Bien qu'elles soient généralement appliquées à une large gamme de produits, les taxes sur le chiffre d'affaires exonèrent parfois des produits de première nécessité pour réduire la charge fiscale des ménages à faibles revenus. Par comparaison, les accises ne sont prélevées que sur des produits ou des services particuliers. Alors que certains pays imposent des droits d'accises et des droits de douane sur presque tout, des produits de première nécessité comme le pain, la viande et le sel aux produits non essentiels comme les cigarettes, le vin, les spiritueux, le café et le thé, en passant par les produits de luxe comme les bijoux et les fourrures, les taxes sur un groupe limité de produits, boissons alcoolisées, produits du tabac et carburant, représentent la majeure partie des recettes d'accises pour la plupart des pays. Au cours des siècles précédents, les taxes sur les biens de consommation durables étaient appliquées aux produits de luxe tels que les pianos, les chevaux de selle, les calèches et les tables de billard. Aujourd'hui, l'un des principaux objets de la taxe sur les produits de luxe est l'automobile, en grande partie parce que les conditions d'immatriculation facilitent l'administration de la taxe. Certains pays taxent les jeux de hasard et les loteries d'État ont des effets similaires aux accises, la "prise" du gouvernement étant, en fait, une taxe sur les jeux de hasard. Certains pays, dans leur fiscalité, imposent des taxes sur les matières premières, les biens intermédiaires (par exemple, l'huile minérale, l'alcool) et les machines.

Certains accises et droits de douane sont spécifiques, c'est-à-dire qu'ils sont perçus en fonction du nombre, du poids, de la longueur, du volume ou d'autres caractéristiques spécifiques du bien ou du service taxé. D'autres accises, comme les taxes sur les ventes, sont ad valorem, c'est-à-dire qu'elles sont prélevées sur la valeur des biens telle que mesurée par le prix. Les taxes sur les transactions juridiques sont prélevées sur l'émission d'actions, sur la vente (ou le transfert) de maisons et de terrains, et sur les opérations boursières. Pour des raisons administratives, elles prennent souvent la forme de droits de timbre, c'est-à-dire que le document juridique ou commercial est estampillé pour indiquer le paiement de la taxe. De nombreux analystes fiscaux considèrent les droits de timbre comme des taxes de nuisance. On les trouve le plus souvent dans les pays moins développés et ils entravent fréquemment les transactions auxquelles ils s'appliquent.

Impôts proportionnels, progressifs et régressifs

Les impôts se distinguent par leur effet sur la répartition des revenus et de la richesse. Un impôt proportionnel est un impôt qui impose la même charge relative à tous les contribuables, c'est-à-dire un impôt dont l'obligation fiscale et le revenu augmentent dans la même proportion. Un impôt progressif est caractérisé par une augmentation plus que proportionnelle de l'obligation fiscale par rapport à l'augmentation du revenu, et un impôt régressif est caractérisé par une augmentation moins que proportionnelle de la charge relative. Ainsi, les impôts progressifs sont considérés comme réduisant les inégalités dans la distribution des revenus, alors que les impôts régressifs peuvent avoir pour effet d'accroître ces inégalités.

Les impôts qui sont généralement considérés comme progressifs comprennent l'impôt sur le revenu des personnes physiques et les droits de succession. Les impôts sur le revenu qui sont nominalement progressifs peuvent toutefois le devenir moins dans les catégories de revenus supérieures, en particulier si un contribuable est autorisé à réduire son assiette fiscale en déclarant des déductions ou en excluant certaines composantes de son revenu imposable. Les taux d'imposition proportionnels appliqués aux catégories de revenus inférieures seront également plus progressifs si des exemptions personnelles sont déclarées.

Avantages du paiement des impôts dans la fiscalité

Il est obligatoire et avantageux pour toute personne qui gagne un salaire imposable (c'est-à-dire qui dépasse la limite d'exemption de base) de remplir sa déclaration de revenus. C'est le cas même si l'obligation de la fiscalité est nulle après déduction. Cependant, même si votre revenu est inférieur à la limite d'exemption de base, il y a des avantages à faire une déclaration d'impôts. Voici quelques-uns des avantages qu'il y a à payer ses impôts à temps :

  •          Approbation des prêts : Lorsque vous demandez un prêt, les grandes banques peuvent demander une copie de vos déclarations de revenus. Les déclarations d'impôts sur le revenu donnent une image claire des revenus et des impôts qui ont été payés sur ceux-ci au cours des années précédentes.
  •          Demandes de visa : De nombreux consulats étrangers demandent de fournir les déclarations de revenus des années précédentes lors de l'entretien d'obtention du visa. Cette obligation s'applique au Royaume-Uni, aux États-Unis, à l'Europe et au Canada, mais pas tellement aux pays d'Asie du Sud-Est et au Moyen-Orient. En effet, les déclarations de revenus sont la preuve que vous n'essayez pas de quitter le pays pour éluder l'impôt.
  •          Demander un remboursement d'impôt : Tout remboursement dû par le département informatique ne peut être demandé que si des déclarations de revenus ont été déposées. 

Derniers articles

Aucun articles pour le moment


Scroll to top